Cliquez ici : Comment choisir

Tout savoir à propos de Cliquez ici

L’expert-comptable se frotte à des questions très diversifiées : tenue de la fiscalité, établissement des déclarations fiscales, comptabilisation des lettres de clôture, traitement des anomalies, mise en place de reportings, de systèmes comptables, d’états de gestion, etc. Il/elle pratique en profession libérale, en cabinet, en nom propre ou sous forme de société, sur des activités d’expertise, d’audit et/ou de conseil. Il/elle peut en plus rejoindre une entreprise, à une fonction comptable, financière ou de gestion. Salarié ( e ) d’une société de gestion et de comptabilité AGC, inscrit ( e ) à l’ordre des experts-comptables, il/elle exerce comme en libéral. Régie par l’ordre des experts-comptables, la profession, distinguée par un titre et un diplôme, est réglementée ( secret professionnel, code de déontologie, procédures et normes professionnelles, contrôle d’activité ), comme pour les experts judiciaires et les commissaires aux comptes avec lesquels elle collabore. Les directives, inspirées par la loi de sécurité financière, sont guidées par des impératifs de sécurité, sincérité et contrôle de l’information. Habilité ( e ) à attester d’être régulié et l’intention des comptes, l’expert-comptable/experte-comptable n’est pas lié ( e ) à ses mandants par un contrat de travail. Un possesseur du DEC diplôme d’expertise comptable n’a pas la contrainte de s’inscrire à l’Ordre, contrairement à l’associé ou à l’expert-comptable/experte-comptable signataire. Le périmètre d’action s’élargit : il/elle peut exercer dans l’Union européenne, les diplômes classiques sont reconnus, les programmes de formation harmonisés, en droit service comptable et au plan normatif.

L’expert-comptable doit être inscrit au tableau de l’ordre des experts-comptables pour pouvoir exercer à titre libéral. Il contrôle tous les comptes signifiés en cours d’année par les différents services comptables. L’expert-comptable synthétise les livres et les tableaux de bord des comptabilités clients ou fournisseurs, et ensuite reprend les feuilles de paye des salariés. Il étudie tous les papiers justificatifs. Lorsqu’il a plusieurs clients, l’expert-comptable se déplace souvent de toutes entreprises à l’autre et collabore avec les différents chefs de sociétés privées et publics. de plus en plus souvent, il est associé aux choix de gestion d’une entreprise. Les dirigeants lui demandent alors des conseils juridiques, , sociaux, financiers pour améliorer les performances de leur société. La comptabilité ne tolère aucune inexactitude. Chiffres, calculs, procédures et lois ne doivent avoir aucun secret pour l’expert-comptable, qui contrôle le job des comptables. Il doit aussi conserver à à la tendance de l’information et augmenter régulièrement ses connaissances. Repérer les débouchés en Île-de-france du domaine de l’audit et contrôle comptables et financiers dans lequel s’intègre mon métier : nombre d’emplois, géolocalisation, types de contrat, embauches augurées… la profession d’expert-comptable est de plus accessible par la voie de la formation continue des femmes. Plusieurs parcours et perfectionnements sont envisageables. Par exemple, il est envisageable de préparer le DCG ou le DSCG à travers l’alternance en suivant le programme de l’Institut national des techniques économiques et comptables du CNAM ( Centre national des arts et métiers ), à Paris.

L’expert comptable est un professionnel de la fiscalité dont le rôle va beaucoup plus loin que l’établissement des comptes de l’entreprise : C’est un vrai partenaire du président qui fournira des conseils en terme juridique, fiscale, sociale, chargé de comptabilité voir même patrimoniale. Le rôle de le spécialiste comptable est crucial pour les sociétés, que ce soit lors de sa conception, de son développement ou de sa transmission. Le chef de sociétés choisit ici de déposer tout ou partie de sa fiscalité à son spécialistes comptable. Il s’agira notamment ici de la tenue de la comptabilité, de la révision comptable, de l’établissement des comptes annuels, de la création des déclarations fiscales et sociales. Notre rôle est de plus en plus celui d’un « partenaire », capable d’intervenir pour assurer le meilleur pilotage possible de l’entreprise. Nous proposons donc des accompagnements « à la carte », en fonction des besoins mais aussi et aussi des attentes. Simple comptabilité, évaluation des forces et malfaçons, alertes sur les baisses de marges, conseils, établissement d’un programme prévisionnel de développement… tout est possible. Il est ensuite indéniable que notre expérience permet de ne rien ignorer de le droit et en conséquence d’éviter à l’entreprise tout manquement à ses obligations ainsi que toute ignorance des possibles aides et atouts auxquels elle peut avoir droit.

la loi PACTE, votée l’an dernier, permet enfin aux diplômés d’expertise comptable exerçant en entreprise de s’inscrire à l’Ordre des experts-comptables. Mais quelles problèmes pratiques ce changement réclamé de plusieurs années peut-il avoir autant pour les professionnels que pour l’Ordre en général ? L’article trente six de la loi PACTE permet désormais aux experts-comptables en entreprise de s’inscrire à l’Ordre sous certaines conditions. Mais surtout, ce leur permet d’exercer dans leur entreprise sous le titre d’expert-comptable en entreprise. et oui, ce changement qui semble mineur leur permet d’acheter une véritable reconnaissance de leur diplôme d’expert-comptable. alors que dans bien des cas, certains diplômés qui exerçaient depuis très longtemps comme employés au service fiscalité de certaines sociétés n’étaient pas du tout plébiscités comme des diplômés en expertise comptable. Ce changement apporté par l’élément trente six permettra d’apporter une plus grande visibilité à le métier comptable qui, comme on le sait, souffre d’un manque d’attractivité. Les conditions pour être avoué comme expert-comptable en entreprise sont assez simples et les personnes intéressées peuvent dès à présent s’approcher de leur Conseil régional. Une autorisation obligatoire de l’employeur est requise ainsi que l’acquittement d’une cotisation annuelle. Certaines obligations pèseront aussi dans leur activité en entreprise. Le respect d’un code de déontologie particulier aux professionnels en entreprise est requis, tout comme le devoir de loyauté, obéissance et confidentialité auprès de l’employeur, exactement comme les autres salariés.

Le recours à un expert-comptable n’est absolument pas obligatoire pour tenir sa fiscalité. Mais, à moins d’avoir de solides connaissances en fiscalité, il est vivement recommandé de demander à un professionnel de la comptabilité. Celui-ci va tenir la comptabilité, contrôler les comptes au moment de la clôture , puis réaliser les comptes annuels ( bilan, compte de succès, annexes ). Ce qui atténue grandement les risques de connaître un redressement de les impôts ou de l’URSSAF. Si l’expert-comptable commet une erreur, c’est en effet lui qui devra en assumer les problèmes et pas l’entreprise. Le préjudice subi sera pris en charge par son assurance responsabilité civile professionnelle ( obligatoire ). L’expert-comptable peut se charger des démarches et des formalités de réalisation de l’entreprise : rédaction des statuts, publication d’une annonce dans un journal d’annonces légales, dépôt du dossier de votre chaise de réalisation au CFE…Une fois l’entreprise mise en place, l’expert-comptable peut être qualifié à faire les papiers liés aux différentes obligations légales de la structure : rédaction des procès-verbaux des assemblées générales, mise à jour des statuts, établissement des bulletins de paie et de plusieurs actes…Mais, surtout, un expert-comptable peut exercer la mission de tiers de confiance. Cette mission lui permet de concevoir des démarches pour le compte de l’entreprise : réalisation des déclarations sociales et fiscales, transmission des pièces justificatives aux administrations…

En savoir plus à propos de Cliquez ici